L’offre sur les lampes utilisables à VTT s’étoffe avec l’arrivée sur le marché français de Ravemen, constructeur chinois d’éclairages que vient de référencer Turtle Wet pour sa distribution sur le territoire (vous connaissez forcément Turtle Wet, puisque c’est l’importateur-distributeur du fameux Squirt, lubrifiant longue durée hyper efficace que l’on recommande chaudement).

Bref entre deux photos avec Julien Absalon lors du Roc d’Azur, Manu, le patron de Turtle Wet Sports, m'emmène devant un présentoir d'éclairages pour le VTT et me dit que c’est une nouvelle gamme de produits qu’il distribue. Et comme je sais que Manu est plutôt du style sérieux sur un VTT, je lui demande pourquoi il a été amené à mettre ces produits sur son catalogue. La réponse fusa en une milliseconde : “Parce que je ne distribue que des produits auxquels je crois, que j’ai essayé et dont je suis convaincu. Je les ai fait aussi essayer à mes amis et tout le monde est revenu enchanté”. Et bam ! Voilà pour le resenti.

Mais tel Saint Thomas qui ne voit que ce qu’il croit… rien ne vaut un test maison. Voici donc nos impressions sur le modèle Ravemen PR1200.

Sur le papier

Ravemen produit plusieurs lampes avec des puissances différentes. La PR1200 est le haut de gamme du catalogue.

Le produit est bien fini et offre un design avec 2 LEDs et batterie intégrée. Le boîtier est en aluminium anodisé waterproof. Deux boutons sont sur le dessus du boitier : un pour allumer ou éteindre la lampe et passer de feu de croisement à feu de route, et un autre pour moduler la puissance d’éclairage. Les 2 boutons sont faciles d’accès, phosphorescents et agréables au toucher. Un indicateur LCD est présent sous les boutons pour indiquer le restant de charge en fonction de la puissance d’allumage, très pratique. La batterie se recharge via un cordon USB standard. Une sortie USB permet aussi de connecter un périphérique tel qu’un GPS ou un téléphone, ce qui peut être utile en cas d’urgence.

Installation

L’installation du support sur le cintre du VTT se fait littéralement en 3 minutes. La lampe se fixe sur le support en 3 secondes. Le dispositif vient avec de l’adhésif pour éviter que les vibrations ne le fassent bouger lors d’une balade. En effet, rien de plus désagréable que de perdre le faisceau lorsque l’on est dans le noir.

Un bouton de télécommande filaire pour changer les niveaux de luminosité sans relâcher le guidon est fourni avec la lampe, il n'a pas été utilisé lors de ce test mais c'est une vraie valeur ajoutée pour commander la lampe efficacement sans risquer de lâcher les grips ou de faire bouger son orientation.

A l’usage

J’étais inquiet que la masse de la lampe, puisque la batterie est intégrée, soit une gêne pour manipuler la direction du vélo mais cela n’a pas été le cas.

Le système de double éclairage est une bonne idée. Le premier faisceau est associé à un petit pictogramme montrant des feux de route, comme en voiture. En fait les ingénieurs de chez Ravemen ont installé une optique qui concentre le faisceau en une forme plutôt rectangulaire orientée vers le bas. Cela éclaire devant la roue et cela permet de bien voir le terrain à vitesse modérée. Par rapport à d’autres lampes qui éclairent les arbres en l’air, le fait de concentrer la puissance du faisceau vers le bas est intéressant et donne une impression de luminosité que l’on ne retrouve pas sur d’autres lampes à puissance égale. Sur route, ce mode suffit et permet de ne pas éblouir les véhicules qui viendraient à être croisés.

La puissance d’éclairage maximale délivrée par les 2 LEDs Cree XML2 est de 1200 lumens. On passe sur ce mode avec une simple pression sur le gros bouton. Le pictogramme “feu de route” s’éclaire, qui veut plus dire mode VTT en fait. Le second éclairage ajoute un spot circulaire de lumière concentrée bien dense et brillante en sus du faisceau rectangulaire du “feu de croisement”. La température d’éclairage est aux alentours de 5000 Kelvins, soit un blanc similaire à celui des feux des voitures.

Et pour éclairer, ça éclaire !

Testée sur route, en montée sur chemins agricoles, en forêt et sur des single tracks, en descente rapide et technique : la lampe s’adapte à toutes les situations.

Le manuel utilisateur ne donne presque pas d’information sur l’usage des boutons, mais après quelques essais :

Une pression de 2s sur le gros bouton allume ou éteint la lampe. Une pression rapide sur le gros bouton permute du mode route au mode VTT mais force les LEDs à la plus forte puissance. Une pression rapide sur le petit bouton change l’intensité :

  • 1200, 600, 300 en mode “feu de route”=”mode VTT”, typiquement à utiliser sur des portions rapides et techniques
  • 100, 200, 400, 600 en “feu de croisement”=”mode sur la route”, à utiliser sur route, des portions lentes ou montées. Il y a même un mode flash à pulsations pour être bien vu en cas d’arrêt et faire des économies de batterie.
  • Une pression longue sur le petit bouton passe en mode pleine puissance.

Côté autonomie, elle permet de maintenir pleine puissance pendant environ 2 heures, et jusqu’à plus de 20 heures en mode éco à 100 lumens. Pour une sortie nocturne de 3 heures avec presque 50% d’utilisation à pleine puissance il restait encore pas mal d'énergie dans la batterie. D’après le fabricant elle a la capacité de rester allumée environ 9 heures en mode 200 lumens. La capacité de la batterie est de 5200 mAh. Cependant lors de la recharge il est difficile d’obtenir une indication du niveau de charge, à défaut une journée de charge est suffisante, mais il aurait été intéressant de pouvoir obtenir d’un coup d’oeil le pourcentage de charge.

Voir un test en vidéo :

Conclusion

La finition est soignée, l’installation très facile, la capacité est au rendez vous de même que la puissance d’éclairage. La possibilité d’avoir 2 modes d’éclairage et de concentrer le flux de lumière à l’avant du VTT est un vrai plus. L’idée du tout en un, sans batterie déportée, permet de s’affranchir de câbles courants sur le cadre, et est largement suffisante pour des sorties de quelques heures la nuit et avec ses 211g, il n’est pas handicapant sur le cintre.

On relèvera cependant 3 inconvénients minimes :

  • l’impossibilité de changer la batterie lors d’une sortie, il faut une nouvelle lampe, mais cela correpond à certains usages.
  • le système de charge de la batterie qui aurait pu tirer meilleur profit de l’indicateur LCD.
  • Le manuel utilisateur est très succinct

Très bon produit donc, surtout que côté budget il est en dessous du seuil psychologique de 100€. C’est un sérieux concurrent de produits dont la valeur est bien plus élevée.

Commentaires

Blog Comments powered by Disqus.

A lire aussi sur UtagawaVTT

Article précédent Retour à l'accueil Article suivant