La base de donnée cartographique OpenStreetMap (OSM), qui revendique plus de 5000 contributions par jour, permet d’éditer des cartes dédiées au VTT ou au VTTAE et surtout un routage d’itinéraire VTT performant qui passe par des chemins adaptés à la pratique.

Cette contribution obéit au même principe que le partage d’itinéraire (partage de fichiers GPS en .gpx) : faire connaître et partager ses itinéraires, en accroître la fréquentation et pérenniser leur existence; elle est complémentaire à la diffusion de vos “gpx” sur un site communautaire comme UtagawaVTT.

Les cartes OSM sont utilisées par de nombreux sites dédiés au VTT ou à la randonnée : soit comme carte, soit pour le routage d’itinéraires. Par exemple OpenTraveller propose différents fond cartographique issus d’OSM, la plupart des fabricants de GPS propose de la cartographie OSM pour leur GPS (Garmin, TwoNav, Wahoo, etc….). Autre exemple : MOBAC qui permet de créer des cartes pour tablettes, GPS...(LA CARTOGRAPHIE ET LES GPS – COMMENT CHOISIR ?)

Chacun d’entre nous peut contribuer à cet élan collectif en ajoutant ou modifiant les sentiers ou chemins qu’il emprunte régulièrement, de manière à les graver dans le marbre.

Deux outils, accessibles à tous, permettent d’enrichir cette base de donnée cartographique :

  • l’éditeur OSM
  • JOSM Outre la phase de prise en main de ces deux outils, le contributeur débutant doit se familiariser avec les notions de classification des sentiers, l’information bien qu’étant abondante sur internet, ne permet pas au débutant d’identifier rapidement comment caractériser un sentier VTT pour qu’il soit correctement représenté sur une carte.

L’objectif des lignes suivantes est de présenter les critères de classification, afin de montrer qu’il suffit simplement de renseigner deux paramètres, pour qu’une carte OSM fasse ressortir les sentiers adaptés au VTT, les autres paramètres enrichissent les caractéristiques sans être indispensables.

Internet place aussi le contributeur face à différents systèmes de classification, plus ou moins similaires mais distincts. Les deux principaux systèmes de classification sont "IMBA" et “STS” qui est plus ou moins décliné en variantes.

OpenStreetMap permet d’attribuer à chaque sentier une classification "STS" et/ou une classification “IMBA”.

Pour débuter il est préférable de commencer à contribuer avec l’éditeur OSM et d’attendre d’être parfaitement fluide avec OSM pour utiliser JOSM qui est plus complexe mais offre bien plus de possibilités.

MTB Tagger de l’éditeur OSM MTB Tagger de JOSM
OSM JOSM

SINGLE TRACK SCALE (STS)

Single track géoparc des bauges

L'appellation "single track" suggère qu’une piste VTT est un sentier qui ne peut pas être emprunté à plusieurs de front. L’illustration typique du single track est un sentier de montagne étroit, qui est également utilisé par les trailers et les randonneurs. La meilleure façon de progresser sur un "single track" est d'utiliser un VTT qui est équipé au moins d'une fourche suspendue et au mieux d’une suspension intégrale.

Le système de classification des sentiers est pour le vététiste, ce que l'échelle UIAA et l'échelle alpine SAC est pour l'alpiniste.

Une échelle de classification spécifique a été développée afin de fournir l’information sur la difficulté de progression, c’est à dire un critère définissant la "cyclabilité" à VTT.

Cette classification est utile pour orienter le choix d’un itinéraire, d’anticiper les conditions de cyclabilité, d’évaluer les compétences de pilotage requises.

Par conséquent cette classification permet :

  • A titre individuel, de profiter au mieux d’un circuit adapté à ses capacités.
  • Pour un club, une association, un prestataire de concevoir un itinéraire ou circuit destiné à un niveau de pratique recherché, dans le cadre d’une randonnée, d’une compétition, d’une prestation pour un groupe,

L’échelle de classification pour le VTT est une référence importante, qui mériterait d’être normalisée, elle est cependant reconnue par les associations officielles.

Montagnes

Caractérisation des niveaux de difficulté STS

Divisée en six niveaux (S0 à S5), l'échelle de classification caractérise le niveau de difficulté, elle se fonde sur le défi technique a relevé pour rouler sur un chemin. Pour obtenir une classification universelle et cohérente, des conditions idéales sont toujours supposées, c'est-à-dire une conduite sur un chemin bien visible et un sol sec.

Le niveau de difficulté induit par la météo, la vitesse et les conditions d'éclairage ne peuvent pas être pris en compte en raison de la grande variabilité qu’ils induisent.

S0 - très facile

C’est le type de sentier le plus facile qui se caractérise par :

  • Une pente de légère à modérée,
  • Un sol non glissant et des virages doux,
  • Aucune d'exigence particulière concernant la technique de pilotage.

S1 - facile

  • C’est le type de sentier sur lequel vous pouvez avoir à anticiper
  • Il peut y avoir de petits obstacles, tels que des racines ou des pierres,
  • Le sol et les virages sont partiellement instables et parfois plus étroits,
  • Pas de virages serrés,
  • Le gradient de pente maximum reste inférieur à 40%.

S2 - moyen

Le niveau de difficulté du sentier augmente

  • De grosses pierres et racines sont à prévoir,
  • Un sol rarement solide sous les roues, des bosses ou des paliers.
  • Des virages serrés,
  • Le gradient de pente maximum peut aller jusqu'à 70%.

S3 - difficile

Dans cette catégorie on classe le sentier avec des passages difficiles

  • De gros rochers ou de longues racines,
  • Des virages serrés,
  • Des pentes raides,
  • Vous devez souvent anticiper l’adhérence,
  • Des gradients de pente réguliers allant jusqu'à 70%.

S4 - très difficile

Dans cette catégorie, le sentier est difficile et obstrué.

  • Des cheminements longs et difficiles avec des racines,
  • Des passage avec de gros rochers,
  • Des passages encombrés,
  • Les virages serrés et les pentes raides imposent des compétences particulières de pilotage.

S5 - extrêmement difficile

C’est le niveau le plus difficile, qui se caractérise par un terrain fortement obstrué

  • Un sol caractérisé par une adhérence difficile encombré de pierres ou gravats,
  • Des virages serrés et étroits,
  • Des obstacles élevés, tels que des arbres tombés,
  • Des pentes raides,
  • Il y a peu de distance de freinage,
  • La technique de pilotage du VTT est mise à l'épreuve.

Représentation des niveaux de difficulté

Autant il existe un certain consensus pour caractériser la cyclabilité à VTT d’un sentier ou d’un chemin, autant on ne peut que constater que le graphisme ou l’identité visuelle" de ces niveaux est interprété différemment selon l'éditeur de carte utilisé.

Carte Garmin Open Traveller : Carte Open Street Map Open Traveller : Carte EU 4U MAP
Carte Garmin Carte Open Street Map Carte EU 4U MAP

Open Street Map

VTT automne

La base de donnée cartographique Open Street Map, permet de caractériser les chemins et sentiers propices à la pratique du VTT. Cette caractérisation se matérialise par la notion de clef (tag/attribut), elle est exploitée pour la représentation graphique des chemins et sentier sur les cartes issues d’OSM, ainsi que par les outils de routage automatique, pour construire et choisir un cheminement afin de produire le fichier "gpx" d’une trace comme sur (OpenTraveller).

OSM donne la possibilité au cartographe de renseigner plusieurs clefs qui vont caractériser les chemins et sentiers propices à la pratique VTT. Cependant, la liste relativement "imposante" de ces clefs peut décourager le cartographe débutant. Le tableau ci-dessous dresse la liste des principales clefs, afin de faire ressortir les deux clefs indispensables et suffisantes à la classification nécessaire à la pratique VTT. Ces deux clés pourront être complétée par la caractérisation des montées ou descentes. D’autre clefs facultatives permettent de nommer le single, de lui attribuer une note, etc. Dans un second temps, lorsque vous serez "fluide" avec OSM et JOSM vous aurez probablement envie d’enrichir votre “single” favori en le nommant, ou lui attribuant une note.

Lien vers OSM VTT France

Clef Valeur Indispensable
hightway= Path Track X Sentier ou chemin
foot= - Si accessible aux piétons
bicycle= - Si accessible aux vélo
width= - Largeure de la voie
surface= - Nature du sol
smoothness= - Etat de surface
trail_visibility= - Visibilité du chemin
mtb:scale= 0 à 6 X Sentier ou chemin naturels
mtb:scale:imba= 0 à 4 X Piste de Bike Park
mtb:scale:uphill= 0 à 5 ? Nécessaire pour préciser la difficulté en montée et en descente
incline= < x%, < x% ou Up, Down ? Nécessaire pour préciser la difficulté en montée et en descente

mtb:scale

C’est la clef qui défini la classification à utiliser pour caractériser la difficulté des sentiers "naturels" adaptés au VTT. Étant donné qu’en VTT, la difficulté en descente est différente de celle rencontrée en montée, la clef doit être complétée par une "montée" ou “descente”.

Caractérisation de point de passage particulier ou très difficile

Afin de mettre en évidence un endroit sur un chemin, qui présente une difficulté particulière, on peut la mettre "en surbrillance" en plaçant un nœud sur l’endroit où est localisée cette difficulté. En plaçant un point avec une échelle différente de celle du sentier hors de ce sentier, cela montre un endroit plus difficile, qui peut être contourné.

Valeur Description
OSM IMBA
0 - Gravier ou terre tassée sans difficulté particulière. C’est un chemin forestier ou campagnard, sans bosses, sans roches et sans racine. Les courbes sont larges et la pente facile ou modérée. Aucune compétence de pilotage particulière n'est requise. S0
1 - De petits obstacles tel que des racines et des petites pierres, les dégâts dus à l'érosion peuvent accroître la difficulté. Le sol peut être meuble par endroits. Il peut y avoir des virages serrés sans épingle à cheveux. La conduite nécessite de l'attention, sans aucune compétence particulière. Tous les obstacles sont franchissables à VTT. Surface: surface meuble possible, petites racines et pierres, Obstacles: petits obstacles, buttes, talus, fossés, ravines dues aux dégâts d'érosion, Gradient de pente : S1
2 - Des obstacles tels que de gros rochers ou pierres, ou un sol souvent meuble. Il y a des virages en épingle à cheveux assez larges. Surface: surface généralement non compactée, racines et cailloux plus gros, Obstacles: bosses et rampes simples, Gradient de pente : S2
3 - Beaucoup de passages avec de gros obstacles tels que des rochers et de grosses racines. Nombreux virages en épingle à cheveux et en dévers. Des surfaces glissantes et des talus peuvent être franchis. Le sol peut être très glissant. Une concentration constante et une très bonne expertise de pilotage sont nécessaire. Surface: beaucoup de grosses racines, ou de roches ou un sol glissant, ou des éboulis épars. Obstacles: Importants. Gradient de pente : > 70% Coudes: épingles à cheveux serrées. S3
4 - Très raide et difficile, avec des passages garnis de gros rochers et de racines. Débris ou éboulis épars fréquents. Passages très raides avec des virages en épingle à cheveux très serrés et des abrupts hauts qui peuvent inciter le pédalier à toucher le sol. Une expertise de pilotage est nécessaire, comme celle de chasser la roue arrière dans les épingles à cheveux . Surface: beaucoup de grosses racines, de roches ou un sol glissant, des éboulis épars Obstacles: Difficilement franchissables. Gradient de pente : > 70% Coudes: des épingles à cheveux. S4
5 - Très raide et difficile avec de gros champs de rochers ou de débris, et des glissements de terrain. Le VTT doit être porté pour les contre-ascensions. Seuls de courts passages permettent d’accélérer et de freiner. Les arbres tombés peuvent rendre les passages très raides encore plus difficiles. Très peu de VTTistes peuvent réellement rouler à ce niveau. Surface: Rochers ou sol glissant, éboulis / sentier sans adhérence qui est plus un sentier de randonnée alpine (> T4) Obstacles: Combinaisons de passages difficilement franchissables, Gradient de pente : > 70% Coudes: Dangereux en épingles à cheveux avec des obstacles. S5
6 - Valeur à attribuer aux sentiers qui ne sont pas du tout cyclables a VTT. Seuls les meilleurs spécialistes du trial tenteront de parcourir ces spots. La pente est souvent > 45 °, C’est un chemin de randonnée alpine (T5 ou T6) C’est de la roche nue sans trace au sol visible. Des bosses, abrupts, talus de plus de 2 m ou des parois rocheuses. -

mtb:scale:uphill

C’est la clef à renseigner dans le cas où le cartographe souhaite être plus précis sur la difficulté en montée ou en descente. Dans ce cas, il faut s’assurer du sens du sentier et d'utiliser la clé: "inclinez" afin que le logiciel de routage puisse considérer la difficulté à franchir dans le bon sens.

Valeur Description Inclinaison Obstacles
moyenne maximale
0 Terre gravillonnée ou durcie, bonne adhérence, accessible à tous. Peut être gravie et descendue par un 4x4 ou un Quad. < 10% < 15%
1 Terre gravillonnée ou durcie, bonne adhérence absence de patinage, même en danseuse, ou en accélération. Piste forestière escarpée, sentier pédestre facile. <15% < 20% Des obstacles isolés pouvant être évités
2 Sol stabilisé, sans revêtement, partiellement raviné, pédalage régulier et bon équilibre nécessaire. Avec une bonne technique et une forme physique raisonnable, c’est réalisable. < 20% < 25% Pierriers, racines, ou rochers affleurants
3 Etat de surface variable, petites bosses, ou abrupts, surface rocheuse, terre ou grasse. Très bon équilibre et pédalage régulier et rond nécessaire. Bonne habileté de pilotage pour éviter de pousser le VTT en montée < 25% < 30% Pierres, racines et branches, surface rocheuse
4 Voie très raide en montée, voie en mauvais état en montée, des abrupts (marches, cassures), des arbres, des racines et des virages serrés. Les vététistes les plus expérimentés devront pousser ou porter sur des parties du chemin < 30% < 40% Rochers saillants, grosses branches à travers le sentier, surface rocheuse ou meuble
5 Poussage ou portage pour tous.

mtb:scale:imba

L'association internationale de vélo de montagne (IMBA) revendique d’être le leader mondial du plaidoyer pour le VTT, et la seule organisation aux États-Unis entièrement dédiée aux "singles" et à leur accès. Le système d'évaluation de la difficulté des sentiers élaborée par l’IMBA est une méthode de base utilisée pour classer la difficulté technique relative des sentiers de loisirs.

Le système d'évaluation de la difficulté du sentier IMBA peut :

  • Aidez les utilisateurs du sentier à prendre des décisions éclairées,
  • Encouragez les visiteurs à utiliser des sentiers qui correspondent à leur niveau de compétence,
  • Gérez les risques et minimiser les blessures,
  • Améliorez l'expérience en plein air pour une grande variété de visiteurs,
  • Aide à la planification des sentiers et des réseaux de sentiers,

Ce système a été adapté du système international de marquage des sentiers utilisé dans les domaines skiables du monde entier. De nombreux réseaux de sentiers utilisent ce type de système, notamment les réseaux de sentiers de VTT en station. Le système s'applique mieux aux vététistes, mais s'applique également à d'autres visiteurs tels que les randonneurs et les cavaliers.

Classification IMBA

Pour l’IMBA leur classification s’applique à tous les sentiers, alors que pour OSM elle est réservée aux Bike Park. C’est la clef qui défini le schéma de classification à utiliser pour caractériser la difficulté des sentiers des parcs à vélos “BikePark". Il est adapté aux sentiers VTT avec des obstacles artificiels.

L’examen des critère de classification IMBA suffit pour comprendre la préconisation d’OSM, cette classification semble difficilement applicable pour les chemin de pleine nature. Prenons tout simplement l’exemple du critère "Bridges" qui semble en effet s’appliquer pleinement aux pistes artificielles de Bike park.

Zestycastor
Zestycastor est un contributeur très actif sur UtagawaVTT

Commentaires

Blog Comments powered by Disqus.

Article précédent Retour à l'accueil Article suivant