Pour cet article technique sur la géométrie des VTT, on a décortiqué tous les épisodes de "C’est pas sorcier" pour être aussi clair et pédagogue que Jamy. Vous nous direz en commentaires à la fin de l’article si on a rempli la mission !

Vous avez besoin d’un nouveau VTT ?

Direction votre magasin préféré pour essayer.

Oui, on vous conseille vraiment d’essayer plusieurs marques, tant que vous n’avez pas trouvé la vôtre — enfin celle du moment, parce que vos goûts, votre pratique et votre morphologie changent au fur et à mesure des années.

Donc on disait, vous essayez plusieurs VTT. Même taille, même type de VTT, mais vous n’avez pas les mêmes sensations, vous n’êtes pas aussi à l’aise sur tous.

La raison ? La géométrie du vélo.

magasin vélo

À quoi sert la géométrie du VTT ?

Un VTT se compose de trois éléments principaux :

  • un cadre ;
  • une fourche ;
  • des roues.

(Après on ajoute une selle, un guidon, des pédales, question de confort et de praticité.)

Jusque-là, tout le monde suit ? Bon, on continue.

Eh bien, la géométrie de votre VTT, c’est la combinaison de ces trois éléments et de tout ce qui va avec (longueur des tubes, angles, etc.).

L’architecture générale de votre vélo (sa géométrie, donc) influe sur beaucoup de paramètres et notamment votre style de pilotage.

Sans être la réponse à tous vos maux, une géométrie non adaptée à votre morphologie peut aussi être la cause de légers inconforts, qui deviennent de plus en plus gênants lors de sorties plus longues. Il est possible de rattraper en partie une géométrie mal adaptée (lien vers Comment bien choisir la taille d’un VTT et Bien régler son VTT pour éviter les douleurs aux genoux), mais ces réglages ne remplaceront jamais un VTT parfaitement adapté à votre morphologie et votre style de pilotage.

Comprendre la géométrie du VTT

Le cadre pour la position sur le VTT

On a tendance à résumer la taille d’un cadre à la longueur de son tube supérieur. En fait, c’est l’angle du tube de selle qui détermine la taille d’un cadre.

squelette VTT

Vous devez porter votre attention sur trois données :

  • la distance horizontale entre l’axe pédalier et l’axe de fourche (reach) ;
  • la distance verticale entre l’axe pédalier et l’axe de fourche (stack) ;
  • la distance horizontale entre l’axe pédalier et l’axe de roue arrières (bases).

géométrie VTT

C’est grâce à ces données que vous ajusterez la potence, et donc que vous définirez votre position sur le vélo.

Le cadre et la fourche pour le comportement du VTT

Maintenant, on va regarder du côté de la fourche, et de la façon dont elle s’articule avec le cadre. Parce que, comme dans toute recette, la qualité des ingrédients compte, mais aussi la façon dont ils ont été dosés et mélangés.

Pour comprendre le comportement du VTT, on va regarder là aussi trois données :

  • la distance entre l’axe pédalier et l’axe de la roue avant ;
  • la distance entre l’axe de la roue avant et l’axe de la roue arrière (empattement) ;
  • l’angle de la fourche et le déport de la fourche (angle de chasse).

Géométrie VTT

L’angle de chasse pour la stabilité du VTT

On va préciser un peu cette histoire d’angle de chasse.

En fait, ça va vous donner une indication sur la résistance du VTT au changement de direction, et donc sur la force qu’il va vous falloir exercer pour le faire.

Plus l’angle de chasse est grand, plus le VTT est stable, mais il est plus difficile à faire changer de direction. Il faut donc un que le poste de pilotage soit réactif et puissant : on va alors monter une potence courte et un guidon large.

L’influence de la géométrie du VTT sur le pilotage

Voilà, on y vient, et vous allez comprendre pourquoi on était obligé de faire ce petit détour par la théorie.

Que recherche-t-on pour piloter aisément un VTT ? De la stabilité et de la maniabilité, deux éléments qui, dans les faits, sont plutôt opposés. Difficile d’avoir un VTT à la fois extrêmement stable et très agile. Ça n’est physiquement pas possible, et la géométrie l’explique.

Plus vous augmentez les distances qu’on a vues juste au-dessus, plus vous augmentez la stabilité du VTT. Si vous voulez avant tout un vélo très maniable, alors vous diminuerez ces distances.

C’est plus concret là, non ?

Mais dans les faits ça se complique un peu car pour différentes marques les distances de reach, stack, l’empattement, l’angle de chasse, etc. peuvent être sensiblement différentes à taille de cadre équivalente (M ou L par exemple). Il faut donc être prudent avec le choix de la taille et bien faire attention à la géométrie souhaitée. Pour une géométrie quasiment équivalente, pour certaines marques ce sera un M et pour une autre marque ce sera un L.

Comment savoir si vous avez besoin de plus de stabilité ou de maniabilité ?

cintre VTT forêt

Ça dépend de votre vitesse de roulage et du type de parcours que vous suivez.

Si votre truc, c’est d’enchaîner les kilomètres et aller à la vitesse de l’éclair, vous chercherez avant tout la stabilité. À basse vitesse au contraire, on veut d’abord un VTT maniable.

Vous n’êtes pas coutumier des parcours techniques ? Optez pour un VTT avec un grand empattement et un faible angle de chasse. Il sera stable dans le rapide, et maniable en côte ou à plat.

À l’inverse, vous êtes adepte des parcours techniques ? L’angle de chasse doit être important pour créer une résistance lors des changements de direction. Ça semble contradictoire, mais en fait non. Avec une chasse importante, le pilote va travailler son positionnement, plutôt que se concentrer sur le verrouillage de sa direction. L’empattement de votre VTT doit être relativement court, pour tourner plus rapidement et facilement.

C’est dans cette dernière catégorie qu’on va retrouver les VTT « joueurs ». Ce sont des vélos d’ancienne génération, qui demande un bon niveau technique de pilotage, car le pilote doit beaucoup travailler le placement de son centre de gravité et le verrouillage de sa direction.

Aujourd’hui, les constructeurs tendent à uniformiser les géométries pour proposer des VTT plus polyvalents. L’empattement est assez long, et la chasse élevée, pour des vélos efficaces sur le rapide. La position centrée du pilote donne un pilotage moins acrobatique, mais cela demande une bonne lecture du terrain, une bonne anticipation et un pilotage engagé.

Merci à Philippe Thenoz, VTTiste micro-mécanicien émérite et restaurateur du fameux chalet des Oudis aux 7 Laux, pour toutes les infos !

Marion
Marion est rédactrice web, elle ne sort jamais sans un petit carnet et un stylo dont elle perd toujours le capuchon

Commentaires

Blog Comments powered by Disqus.

Article précédent Retour à l'accueil Article suivant