Pour que vos sorties en VTT ne virent pas au cauchemar, il faut vérifier votre système de freinage régulièrement, notamment les plaquettes de frein qui assurent votre sécurité. Des freins à disques efficaces permettent de rouler en toute tranquillité d’esprit.

Pour vous aider à choisir les meilleures plaquettes de freins adaptées à votre vélo et à votre style, voici quelques conseils.

Plaquettes de freins : Des pièces essentielles de votre VTT

Les plaquettes garantissent votre sécurité et votre confort de conduite en vous assurant un freinage optimal. Mais, avec le temps et l’usage, elles se détériorent et perdent peu à peu leur performance.

Plaquettes

L’usure est dûe à :

  • Un usage normal dans le temps
  • Un usage prématuré avec potentiellement un glaçage, conséquence d’un échauffement important suite à une utilisation prolongée (sollicitation constante lors d’une longue descente).
  • Une contamination avec des éléments gras, par exemple lors de la lubrification de la chaine

En résulte une efficacité de freinage complétement dégradée. Il est donc toujours prudent de changer les plaquettes de frein dès que vous vous apercevez de leur usure.

Le fading, le recovering et le glaçage

Le fading désigne littéralement « l’évanouissement » de la puissance de freinage dû à une chaleur excessive des plaquettes. Cet état est provoqué par la détérioration des couches superficielles de la garniture, qui se trouvent dès lors comme lubrifiées. La chaleur des plaquettes est transmise à l’ensemble du système du système de freinage, leur dissipation thermique est donc essentielle. Un refroidissement permettra aux plaquettes de retrouver leur coefficient de friction. Cela peut prendre plus ou moins de temps : cette capacité à refroidir s’appelle le recovering.

Le glaçage désigne une modification de l’état de surface des plaquettes qui deviennent lisses et n’exercent donc plus de friction. Ce phénomène survient lors freinages prolongés à faible pression : au lieu que la matière soit arrachée, celle-ci fond et génère une couche superficielle qui empêche la friction.

Des plaquettes ayant encore de la garniture mais contaminées ou glacées peuvent être récupérées grâce à différentes techniques :

  • Pour les plaquettes glacées : passer un tissu abrasif pour enlever la fine couche supérieure et redonner du mordant.
  • Pour les plaquettes contaminées : passage à haute température au four par exemple pour brûler les corps gras.

Quand faut-il remplacer ses plaquettes ?

Changez les plaquettes dès que vous constatez une perte de performance et/ou des grincements au freinage. Un manque de mordant peut également être un signe. Certains fabricants indiquent un témoin d’usure. Vous pourrez, en plus, vérifier l’épaisseur de la garniture qui doit être au minimum entre 1 et 2 mm. En général, les plaquettes peuvent parcourir entre 200 et 300 km pour de la randonnée en montagne et plus de 500 km pour une pratique XC. En DH au bout de 5-6 jours il faut contrôler et potentiellement songer à renouveler les plaquettes.

Quels critères pour choisir le bonnes plaquettes ?

plaquettes VTT

Faites votre choix selon vos habitudes de freinage, brèves ou prolongées, et selon le type d’activité que vous pratiquez. Le type de terrain à parcourir est également un facteur déterminant. N’oubliez pas de miser sur un modèle compatible avec vos disques de frein pour profiter d’un système de freinage équilibré et compact. Afin de garantir la bonne résistance et la longévité de votre système de freinage, prêtez, en plus, une attention particulière sur la qualité de matière avec laquelle ont été fabriquées vos plaquettes.

Les différents types : avantages et inconvénients

Choisir les bonnes plaquettes de frein adaptées à son vélo n’est pas chose facile. Il faut en plus que le choix soit sûr pour profiter d’un freinage efficace. Ces pièces se déclinent en différentes versions sur le marché : organiques, métalliques, céramique et semi-métalliques. Zoom sur les spécificités de chaque modèle.

Plaquettes de frein organiques

Conçu avec des fibres, de la résine et des matériaux organiques comme le kevlar et le caoutchouc, ce type de garniture connu également sous le nom de « résine » offre un freinage exceptionnel à froid. Dès le premier freinage, son mordant se fait tout de suite sentir. Très silencieux, plus tendres et moins cher que ses homologues, il est surtout recommandé en cas de besoin d’un freinage puissant, mais bref, à vitesse modérée. C’est donc efficace pour parcourir les descentes ou les gradients raisonnables. La rapidité de son rodage mérite également d’être signalée. De nombreux fabricants équipent leurs vélos en première monte de plaquettes organiques. Il faut toutefois signaler que ce type de plaquettes présente quelques inconvénients. Il n’est pas dédié aux longues descentes parce que sa performance est limitée en freinage bref. Par rapport à des plaquettes métalliques, l’usure de ces pièces est également plus rapide, surtout sur les terrains boueux ou sablonneux. En plus, le composé organique favorise l’augmentation de la température sur les surfaces de freinage. Ce qui pourra réduire l’endurance de ces plaquettes qui supportent mal les températures élevées.

Plaquettes de frein métalliques

Constitué principalement de matériaux métalliques comme le fer, l’acier, le cuivre et le bronze, ce type de plaquettes fonctionne grâce à la montée de la température due aux frottements des plaquettes et des disques. Plus progressives, la performance et l’endurance de ces pièces sont prouvées en longues descentes. Elles captent facilement la chaleur pour une augmentation de température rapide du liquide de frein. Malgré leur mordant moins apprécié que les plaquettes organiques, ces modèles conservent la puissance de freinage assez longtemps parce que la surchauffe est considérablement retardée. Leur durée de vie assez longue en fait également un choix idéal. Par contre, elles nécessitent une durée de rodage et de chauffe plus longue pour offrir un mordant maximal et pour délivrer toutes leurs performances. Il est tout de même conseillé de bien vérifier l’indication sur le disque parce que les plaquettes métalliques ne sont pas adaptées à tous les disques de freins, surtout ceux qui ne disposent pas de propriétés nécessaires au bon fonctionnement de ce système de freinage. Quand vous découvrirez la mention « Resin pads only », méfiez-vous, ce n’est pas compatible aux plaquettes métalliques. Sachez également que la puissance de freinage de ce type de plaquettes est plutôt bonne sous la boue ou la pluie. Mais sa performance est très vite réduite quand il atteint sa limite. Ses principaux inconvénients : son caractère un peu bruyant et son coût plus élevé.

Plaquettes de frein céramiques

Similaires aux plaquettes métalliques, ces pièces résistent bien à la surchauffe. Ce qui limite le transfert de chaleur vers le système hydraulique. Son mordant à basse température et sa résistance au fading restent leurs principales caractéristiques. Dédiées particulièrement à la compétition, les plaquettes de frein céramiques sont plus coûteuses.

Plaquettes de frein semi-métallique

Cette garniture est composée d’un mélange de plaquettes organiques et métalliques. Elle présente donc les avantages de ces 2 types de pièces.

À chaque discipline les plaquettes idéales

En général, les plaquettes VTT organiques sont recommandées pour les activités nécessitant des freinages ponctuels et fermes grâce à la température basse de ses propriétés de freinage. Elles s’avèrent donc être un choix idéal pour pratiquer en toute sécurité le Marathon, le All-Montain ou encore le Cross-Country. Elles permettent, en effet, de réduire autant que possible les distances de freinage. Ce type de plaquette est d’ailleurs compatible avec un support en aluminium qui résiste plus à la surchauffe en cas de parcours en longues descentes. Il s’adapte également à une pratique de type randonnée pour assurer plus de sécurité à tous les randonneurs grâce à sa performance de freinage dès le premier appui sur le levier.

DH

Si vous avez, par contre, l’habitude de pratiquer des disciplines plus orientées vers la descente, les plaquettes métalliques se révèlent efficaces pour un freinage long et ferme, tout au long de votre run. Ce choix est donc conseillé pour pratiquer en toute sécurité l’Enduro, le DH ou encore le Freeride, c’est-à-dire les longues descentes ou encore les sorties pyramidales.

Pratiques DH Freeride Enduro All Mountain XC
Metalliques +++ ++ + - -
Organiques + ++ +++ ++++ +++++

Comment changer les plaquettes de frein de son vélo ?

Changer vous-même les plaquettes de frein est assez simple. Il suffit de suivre ces étapes :

  • Retournez votre vélo et démontez les roues
  • Dévissez l’axe transversal de l’étrier pour pouvoir enlever les plaquettes.
  • Retirez-les sans forcer à l’aide d’une pince plate en appuyant sur la goupille de sécurité et puis en les faisant pivoter vers le bas.
  • Une fois les plaquettes retirées, continuez par le nettoyage des freins à disques et du système de freinage avec un chiffon imbibé d’alcool iso-propyl.
  • Repoussez les pistons à l'aide d'un outil spécifique (ou à défaut avec une clé plate) en prenant bien soin de ne pas les abimer. Un petit coup de WD-40 peut aier à dégripper un piston récalcitrant.
  • Remontez vos nouvelles plaquettes, en les fixant à la place des anciens modèles. Ne touchez pas l’intérieur des plaquettes pour éviter la contamination avec des corps gras.
  • Il reste après à bien fixer le goupillon sur sa place si celles-ci en sont équipé

Attention, pour un frein ou disque neuf, il faut effectuer un rodage du disque. Le rodage s’effectue par freinage successif en roulant sans trop de contraintes sur le frein : une centaine de freinage sur un parking fera très bien l’affaire. On rode le disque (et non les plaquettes) pour laisser une pellicule de plaquettes sur le disque, afin de générer plus de frictions. Pour les plaquettes, on parle de rodage, mais c’est juste le temps que les plaquettes prennent l’empreinte de l’usure du disque, pour que la zone de contact soit optimale. Quand on rode un disque avec des plaquettes métalliques, en théorie, il faudrait toujours rouler avec des plaquettes métalliques et vice-versa.

Où acheter ses plaquettes ?

Chez votre revendeur à coté de chez vous bien sûr... mais comme ce sont de petits éléments les gros revendeurs internet sont très bien fournis :

Vous avez maintenant les clés en main pour choisir les meilleures plaquettes pour votre vélo. Vous devrez opter pour la meilleure marque de plaquettes qui est gage de plus de sécurité et de qualité. Toutes les marques disponibles sur le marché n’offrent pas toutes la même forme. Vérifiez bien dans ce cas celle qui correspond à vos disques et à vos freins. Ne manquez pas de consulter les avis des internautes ou de vos proches pour avoir l’assurance de faire le bon choix. Si possible, choisissez toujours les modèles d’origine du constructeur qui sont parfois de la même marque que les autres pièces constituant votre système de freinage. En plus, certains constructeurs continuent à améliorer les performances de leurs pièces afin d’optimiser la qualité de leurs gammes.

Commentaires

Blog Comments powered by Disqus.

Article précédent Retour à l'accueil Article suivant