Si vous êtes comme nous amateur de photo, et toujours en train de chercher à prendre le meilleur cliché dans une situation donnée et à améliorer votre technique, voici quelques éléments pour aller un peu plus loin et, on l’espère, vous aider à prendre de superbes photos de vos sorties VTT qui viendront rapidement enrichir les descriptions de parcours sur UtagawaVTT !!!

En préambule, un premier conseil : toujours prendre une photo légèrement sous-exposée (surtout si vous photographiez en jpeg). Il sera beaucoup plus facile de retoucher une photo légèrement sous-exposée plutôt que sur-exposée ; une fois l’image blanche, il n’y a pas moyen de récupérer les couleurs !

Raw ou jpeg ?

Vous n’aurez peut-être pas le choix ! Votre appareil permet-il de photographier en raw ou seulement en jpeg ? Si votre appareil permet le raw, il est généralement réglé par défaut sur jpeg. Et cela marche très bien comme ça ! Alors pourquoi changer ? Quels sont les avantages et inconvénients de chaque format ?

Tout d’abord, qu’est-ce que le jpeg ? Lorsque vous prenez une photo , le capteur enregistre toutes les données de votre image, puis, le processeur à l’intérieur de l’appareil les transforme (contraste, saturation, couleur), il retouche tout seul la photo et la compresse pour délivrer au final un format jpeg. Par opposition, le format raw est brut, il n’a subi aucun traitement de la part de l’appareil photo.

A partir de là, on peut donc dire grossièrement que les avantages du jpeg sont une image qui a déjà été traitée (améliorée ?!), lisible par n’importe quel ordinateur, compressée donc plus légère, prête à l’emploi ! Par contre, elle a moins de détails que le raw, et supporte difficilement des retouches supplémentaires.

A l’inverse, le fichier raw n’est pas traité, il n’y a donc aucune perte des données du capteur, il a beaucoup plus de détails, notamment dans les lumières hautes et les ombres, et il peut être retouché. Mais il nécessite un logiciel pour être traité, il ne peut pas être lu ou imprimé directement par l’ordinateur, et il est beaucoup plus lourd que le jpeg. Il nécessite aussi d’avoir une carte mémoire rapide si vous voulez shooter en rafale.

Raw ou jpeg

Alors quel choix pour photographier vos sorties VTT ? Si vous voulez photographier une action rapide comme un saut par exemple, et que vous avez besoin du mode rafale, avec une petite carte mémoire, le jpeg est recommandé ! Si par contre vous photographiez dans des conditions lumineuses médiocres (forêt, mauvais temps,…), ou que vous voulez une qualité maximale et pouvoir faire des retouches, raw bien sûr !

La balance des blancs

Est-ce que cela vous est déjà arriver de prendre une photo vraiment pas terrible question couleur ? Comme par exemple avec une teinte franchement jaunâtre lors de soirées en intérieur ou un peu bleue dehors par temps couvert ? La balance des blancs, c’est la manipulation qui consiste à régler votre appareil photo pour que le blanc de la scène reste blanc sur la photo, quelques soient les conditions de prise de vue. Chaque source de lumière a une couleur différente : orangée pour une ampoule à incandescence, plus bleutée pour un flash par exemple. En extérieur, de la même façon, suivant le moment de la journée ou le temps qu’il fait, la couleur de la lumière change. Notre œil compense généralement pour que le blanc nous apparaisse blanc mais pas toujours l’appareil photo ! Alors comment régler sa balance des blancs ? C’est simple : en fonction du type de source de lumière qui éclaire votre sujet.

Sur la plupart des appareils photos, il existe des réglages adaptés aux différents types de lumière : automatique, incandescent, fluorescent, ensoleillé, nuageux,… évitez si possible le mode automatique et prenez le temps de régler la balance en fonction des conditions spécifiques dans lesquelles vous vous trouvez à l’instant ! Si vous prenez des photos lors d’une sortie VTT, regardez le temps : nuageux ou ensoleillé, en forêt à l’ombre ou au sommet d’une montagne en plein soleil ? Ces différents modes donneront généralement des résultats satisfaisants ! Et cela évitera aussi que pour une même sortie, vos photos aient des aspects très différents en terme de couleur, certaines étant plus jaunes ou plus bleues !

comparaison photo

Le réglage de la balance sert à rendre les photos les plus proches de la réalité perçues par l’œil, mais a contrario, vous pouvez aussi régler la balance des blancs pour donner un effet spécial à une photo !

Ouverture et profondeur de champ

La profondeur de champ, c’est la zone de la photo dans laquelle les objets sont nets. Changer la profondeur de champ permet de mettre en valeur certains objets ou détails.

  • Si je prends un sujet rapproché avec un joli arrière-plan ou un paysage, j'ai plutôt envie que le sujet et l'arrière-plan soient nets tous les deux. Pour cela, je vais maximiser la profondeur de champ.
  • Si je prends un sujet rapproché (portrait par exemple) que je veux mettre en valeur, je vais alors minimiser la profondeur de champ. Mon sujet sera net sur un arrière-plan flou.

Pour jouer sur la profondeur de champ d'une photo, il faut utiliser un réglage que proposent généralement tous les appareils photo : l'ouverture du diaphragme.

flou

Qu’est-ce que l’ouverture ?

L’ouverture (Aperture) d’un objectif est le réglage qui permet d'ajuster le diamètre d'ouverture du diaphragme. Elle est caractérisée par un nombre fréquemment noté « f / N ». Ce nombre sans dimension est défini comme le rapport de la distance focale f de l’objectif au diamètre d de la surface du trou laissé ouvert par le diaphragme ː N= f/d

ouverture

À focale constante, l'augmentation du nombre d'ouverture N est la conséquence de la fermeture du diaphragme. Plusieurs notations sont utilisées pour donner la valeur de l'ouverture. Par exemple, pour exprimer qu'un objectif est utilisé avec une ouverture de 2,8, on trouvera les notations suivantes : N = 2,8 ou f/2,8 ou F2.8 ou 1:2.8 ou juste 2.8

Les valeurs d’ouverture sont standardisées : n = 1,4 – 2 – 2,8 – 4 – 5,6 – 8 – 11 – 16 – 22 … et ainsi de suite

Ces valeurs sont établies pour que, d’une valeur à l’autre dans le sens décroissant, il entre deux fois plus de lumière dans l’objectif.

Le couple focale / ouverture (f/n) détermine une notion très importante, notamment en portrait et en macro : la profondeur de champ.

La règle, toute simple, est la suivante :

  • Pour maximiser la profondeur de champ, je choisis une faible ouverture de diaphragme (on dit souvent « je ferme au maximum »…).
  • Pour minimiser la profondeur de champ (avoir l'arrière-plan flou), je choisis une grande ouverture de diaphragme.

Mais attention, l'ouverture du diaphragme s'exprime comme un rapport, du style « 1/n ». Or, les appareils photo n'affichent pas « 1/n », mais « n ». Les matheux en herbe l'auront compris : pour spécifier une grande ouverture, je dois donner un n petit, et pour spécifier une faible ouverture, je dois spécifier un n grand.

profondeur de champ

En résumé :

Petite profondeur de champ grace à une grande ouverture et donc un petit n (4)Petite profondeur de champ grace à une grande ouverture et donc un petit n (4)

Grande ouverture de champ grace à une petite ouverture et donc un grand n(8)Grande ouverture de champ grace à une petite ouverture et donc un grand n(8)

Ne pas oublier la lumière !

Comme dit précédemment, l’ouverture joue sur la quantité de lumière qui entre dans l’objectif. L’ouverture et l’exposition sont donc liées si on veut avoir un sujet bien exposé au premier plan avec aussi le fond net (avec une ouverture faible comme f/16 ou f/22) alors que la luminosité ne le permet pas forcément, il faudra compenser le manque de lumière par une augmentation de la vitesse d’obturation ou de la sensibilité ISO mais cela fera l’objet d’un prochain article !

Commentaires

Blog Comments powered by Disqus.

A lire aussi sur UtagawaVTT

Article précédent Retour à l'accueil Article suivant